Quel entretien pour la courroie de distribution de sa twingo?

La Twingo fait partie des voitures emblématiques produites par Renault. Son nom vient de la contraction de trois danses : twist, swing et tango. Elle reste à ce jour la citadine la plus vendue de tous les temps en France.

Elle avait pour but de remplacer, en 1993, la non moins fameuse Renault 4. Actuellement, la gamme Twingo se décline en 3 générations : Twingo I (1993-2012) Twingo II (2007-2014) et Twingo III fabriquée à partir de 2014.

Par conséquent, on peut retrouver sur le marché auto des Twingo ayant plus d’une vingtaine d’années. Tout comme pour les modèles récents, son entretien passe par des vérifications simples : contrôle du niveau d’huile moteur, plaquettes de frein, bougies ou encore celui de la courroie de distribution.

Aujourd’hui, nous nous intéressons à cette dernière : à quoi sert-elle ? Pourquoi et quand faut-il la changer ?

Qu’est-ce que la courroie de distribution ?

Quel est le rôle de la courroie de distribution ?

La courroie fait partie du système de distribution d’un véhicule. En ce sens, elle contribue à ce que les différents composants du moteur fonctionnent de manière synchronisée. La courroie répond à trois problématiques :

  • entrainer le vilebrequin qui transforme le mouvement linéaire des pistons dans un mouvement rotatif continu et ainsi transférer l’énergie de transmission dans les cylindres et jusqu’aux roues.
  • transmettre l’énergie du moteur à l’arbre à cames qui commande l’ouverture des soupapes et des pistons.
  • pour les Twingo, alimenter la pompe du liquide de refroidissement.

Comment fonctionne la courroie de distribution  ?

La courroie a la forme d’une bande crantée. Elle est noire, car sa composition comprend des fibres de verre, du kevlar et du caoutchouc.

Pour être en marche, la courroie de distribution puise son énergie dans la rotation du moteur et par l’intermédiaire des roues dentées de l’arbre à cames. Le mouvement de la courroie est guidé par plusieurs galets enrouleurs et elle reste tendue tout au long de son fonctionnement grâce à des galets tendeurs.

Avec la pompe à eau, l’ensemble de ces pièces forment le kit courroie de distribution.

Pourquoi faut-il entretenir la courroie de distribution  ?

La courroie de distribution a été pensée comme une pièce d’usure. Lorsque le moteur est en marche, la courroie subit plusieurs contraintes liées à la friction, mais aussi aux températures élevées (proche de 100°) dues à sa proximité avec le moteur.

Avec le temps et les distances parcourues, la courroie perd en résistance, souplesse et élasticité. Une courroie en mauvais état peut avoir plusieurs conséquences :

  • D’une part, le conducteur assistera à une consommation d’essence anormale en raison d’une sollicitation supérieure du moteur
  • D’autre part, une courroie peut provoquer la désynchronisation de la distribution. Les pistons et soupapes peuvent alors s’entrechoquer et s’abimer.

Enfin, l’usure d’une courroie peut causer la rupture d’une courroie et détruire le moteur dans son intégralité.

Il est donc important que les propriétaires des Twingo surveillent régulièrement l’état de leur courroie de distribution et ainsi éviter toute réparation couteuse.

Comment bien entretenir la courroie de distribution ?

Contrôler l’état du kit courroie régulièrement

Où se trouve la courroie de distribution ?

Les Twingo I et II disposent d’un moteur transversal avant, la courroie va donc se situer à l’avant sous le capot et sur le côté gauche du moteur.

En revanche, la Twingo III est une voiture à propulsion et a un moteur en position transversale arrière. La courroie se trouve ainsi à l’arrière sous le coffre.

Dans les deux cas, la vérification de l’état de la courroie passera par le retrait de certains caches de protection.

Quels sont les symptômes d’un kit courroie usée ?

Quelques symptômes signalent aux conducteurs qu’il est inévitable de procéder à l’inspection de la courroie et d’en changer éventuellement.

Il s’agit notamment de :

  • le développement de bruits saccadés, en particulier lorsque la vitesse du moteur augmente.
  • des « calages » réguliers et sans raison, ainsi que des problèmes d’allumage du véhicule.
  • une consommation d’essence anormale.

Remplacer la courroie lorsque c’est nécessaire

Règle générale

Lorsque la Twingo ne rencontre aucun symptôme d’usure, le remplacement de la courroie doit répondre aux conseils prévus par Renault. Le constructeur prévoit, pour chacune des Twingo, une période et un nombre de kilomètres après lesquels le conducteur doit changer la courroie.

Ces recommandations apparaissent dans le manuel d’entretien de chaque Twingo. Ils dépendent de plusieurs facteurs comme la motorisation du véhicule (essence, GPL, diesel), la puissance du moteur (exprimée en chevaux ch.

) ou la boite de vitesse (manuelle, embrayage EDC, automatique).

À titre indicatif, pour une Twingo II moteur diesel 1.5 dCi 84 cv, la courroie doit être en principe changée tous les 150 000 kilomètres ou tous les 5 ans.

Sur une Twingo I 1.2 16V 60cv ce délai est raccourci à 60 000 km ou 4 ans.

Toutefois, d’autres éléments non pris en compte par la marque au losange peuvent accélérer l’usure de la courroie et des galets. Il s’agit notamment des démarrages fréquents, d’une conduite sportive ou d’une utilisation dans des pays froids, arides ou tropicaux.

Il faut bien évidemment suivre les conseils de Renault, mais aussi contrôler l’état de la courroie annuellement.

Cas particuliers

En outre, le remplacement d’une courroie doit intervenir systématiquement lorsque :

  • la courroie comporte des fissures, des trous, un effilochage des fibres ou des crevasses.
  • les galets tendeurs et enrouleurs présentent de la rouille ou un effritement avancé.
  • une fuite d’huile moteur ou du liquide de refroidissement est observée. En effet, ces liquides peuvent provoquer la corrosion des pièces et la modification des caractéristiques de la courroie.